14/07/2013

Cordier & Falk

cordier_falk_aff_aug13.jpg

 

L’effet de surprise inhérent à la résurgence se manifeste à la fois dans la pratique et dans l’actualité du chimigramme. Dans le premier cas, il s’agit du ravissement produit par l’apparition progressive de l’image lorsque le chimigramme baigne dans les liquides nécessaires à sa constitution. Le second cas s’observe dans la réapparition du chimigramme signé Pierre Cordier & Gundi Falk des deux côtés de l’Atlantique. Double signature pour un travail entièrement partagé.
Pierre définit, expérimente, développe et divulgue le chimigramme depuis 1956. Cette discipline hybride – ni peinture, ni photographie – résiste à toute classification. Quant à l’œuvre, insérée dans le registre visuel contemporain, elle véhicule des signes inédits comme des références scientifiques, musicales, littéraires ou plastiques, qui stimulent l’imagination.
Gundi, peintre et sculpteure, également formée à la danse et la calligraphie, possède une longue pratique du traçage de lignes. Son œuvre d’entrelacs, de signes noirs sur rails blancs, de ponctuation de couleurs, révèle sa capacité à dialoguer avec l’inconnu. Ce n’est pas une mince affaire que d’assujettir un nouvel univers tout en s’adaptant aux méthodes et manies de son inventeur. Et, surprise ! La complicité collégiale l’a remporté, inaugurant une nouvelle génération de chimigrammes, dont les trois séries suivantes :
Fenêtres sur l’Inconnu. Derrière les chambranles, la nuit luit littéralement. Surtout, que personne ne se prive d’analyser la surface à la loupe ! Les détails magnifiés font surgir d’étranges créatures aux teintes délicates.
Pairs-Impairs ou chimigrammes peuplés de deux sortes de carrés, les uns contrôlés et les autres sauvages. Sorte de paraphrase de Paul Valéry lorsqu’il désigne l’ordre et le désordre comme les deux dangers qui ne cessent de menacer le monde.
Musigrammes contemporains : ils n’ont plus une portée classique mais sont constitués d’une écriture créée par Gundi Falk. Le compositeur russe, Victor Kissine, constate plus d’une analogie avec ses propres partitions.


(À suivre...) Véronique Danneels, juin 2013

Les commentaires sont fermés.